UEFA: comment expliquer l’émergence des « petites nations »?

L’Angleterre s’est réveillée avec la gueule de bois. Je ne parle pas du BREXIT mais de l’élimination de l’équipe nationale par une présumée petite nation du foot européen. L’Euro français est passionnant notamment grâce à l’émergence de nouvelles puissances sportives. Comment expliquer l’ascension de l’Islande, de l’Irlande du Nord, du Pays de Galles, et toute proportion gardée de la Slovaquie?

  1. L’arrêt Bosman (décision de la Cour de justice des communautés européennes du 15 décembre 1995) a fixé le principe de la libre circulation des joueurs dans l’espace européen.  On peut le comparer à un accord de libre échange. Les bons joueurs de petites nations comme les pays d’Europe du Nord sont venus se frotter aux championnats des pays matures et ont gagné en expérience. Ils ont rapporté leur expertise dans leurs équipes nationales. Le talent et les savoirs faire se sont infusés dans ces pays. Les Islandais de l’équipe nationale victorieuse  de l’Angleterre jouent en Suisse, aux Pays bas, en Allemagne dans des clubs moyens ou en Championship en Angleterre à Cardiff City ou Charlton. Leur championnat national est faible (CFA) mais ils se sont exportés et le libre échange a donné de très bons résultats.
  2. Toutes les équipes ont appris à bien défendre. Les bons techniciens, entraineurs, directeurs sportifs des vieux pays du foot ont mis leur expertise au profit des nouvelles petites nations du foot européen. La compétition a fait le reste. Le foot s’est engagé dans une logique darwinienne. Plus on se frotte à la contrainte (c’est à dire à la compétition), plus on s’améliore. Ceux qui étaient hier de tout petits pays habitués aux 5-0, 6-0, 7-0 ont appris les bases du foot (la défense) et s’appuient sur des valeurs morales comme la volonté et la combativité. Ils produisent un foot peu glamour, moins technique, moins complexe et subtil mais ils ont l’envie, le feu sacré des pionniers (que nous avons parfois oublié). Leur ascension est aussi une leçon de vie et la démonstration que la compétition est le meilleur moyen de progresser en foot comme en économie. Il n’existe plus de rente en foot et c’est heureux. 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s